Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Paris, champ de bataille des entreprises de VTC

 

En 2012, une année après le lancement d’Uber à Paris, Chauffeur Privé est fondé par Yan Hascoet, Othman Boulhal et Omar Benmoussa, avec l’ambition de concurrencer et dépasser le géant Californien en développant la première flotte de VTC en France.

A première vue le système est le même, une application installée sur votre Smartphone localise votre position et vous met en relation avec un chauffeur à proximité. L’indication de la destination permet de calculer à l’avance le tarif de la course. L’application permet une flexibilité dans les moyens de paiements, aucun échange d’argent n’intervient entre le client et le chauffeur.

Mais alors, au-delà de la pure copie du concept, comment se démarquer et proposer un réel plus vis-à-vis de la concurrence?

 

Séduire aussi bien les clients que les chauffeurs, en innovant dans tous les domaines, depuis les offres de service jusqu’aux rémunérations des partenaires.

 

Identifier les points faibles de son adversaire, proposer plus de flexibilité et une prestation supérieure dans ces domaines clés est une stratégie bien connue de différentiation, et particulièrement adaptée à une entreprise qui se positionne comme fast follower sur un marché du VTC qui en 2012 en est encore à ses balbutiements. Et chez chauffeur privé, la stratégie marketing est une discipline bien maîtrisée. En effet, les trois fondateurs ont fait leur armes dans le domaine, avec une expérience de plusieurs années comme consultant chez McKinsey (Yan Hascoet) ou Capgemini (Othmane Boulhal, Omar Benmoussa) qu’ils ont mis à profit judicieusement pour innover dans les services proposés par la Start Up fraîchement lancée.

Fin 2013 est lancée la possibilité de réservation d’une course à l’avance, qui propose un réel plus pour les utilisateurs, et l’assurance d’avoir un véhicule dans les temps (ou un véhicule tout court) par exemple lors d’un rendez-vous important d’affaire, entretien d’embauche ou une course à l’aéroport. L’idée est bonne et répond à une demande forte pour ce type de course, tellement bonne d’ailleurs qu’Uber annonce en Juin 2016 lancer un service similaire.

Autre idée, pour développer une relation particulière avec la clientèle, la création en 2015 d’un système de fidélité permettant de cumuler des points proportionnels au nombre et au prix des courses, qui peuvent par la suite servir à l’obtention d’une course gratuite, à la manière des miles engrangés par les voyageurs fréquents de certaines compagnies aériennes.

Cette opération, ainsi qu’une politique volontairement détendue et souriante jusque dans le comité de direction, permet également à chauffeur privé d’afficher un visage humain, là ou Uber reste volontairement opaque, et tente de se rendre invisible en se déclarant comme uniquement un service mettant en relation client et chauffeurs, pour mieux échapper aux régulations en vigueur.

Les chauffeurs également ne sont pas en reste, puisque chauffeur privé leur propose des revenus supérieurs à son concurrent, une assistance téléphonique efficace et une plus grande flexibilité quand à la marque, au modèle et à la couleur des véhicules. Les critères sélectifs d’Uber représentent encore souvent une barrière d’entrée pour les aspirants chauffeurs, qui se tourneront alors avec préférence vers son concurrent.

 

Jouer de la corde sensible patriotique et du fair play fiscal pour devenir maître à domicile

 

Chauffeur privé met régulièrement en avant le label made in France pour faire penser la balance en sa faveur au moment du choix d’un prestataire VTC, et ce n’est pas le coq présent sur leur page d’accueil qui dira le contraire. Un positionnement qui leur permet de toucher une clientèle locale, Uber gardant l’avantage vis-à-vis des touristes en visite en France.

L’entreprise nationale attaque d’ailleurs directement son concurrent et sa politique fiscale nébuleuse lors d’une campagne publicitaire en Septembre 2016, arguant avec raison que, là ou Uber n’a pas reversé un centime à l’état Français en 2014, que ce soit sous forme d’impôts ou de TVA, chauffeur privé paie bel et bien ses taxes en France.

Une politique gagnant gagnant pour Chauffeur Privé, qui a au long de son parcours bénéficié ponctuellement du soutien d’organismes nationaux, en gagnant par exemple en 2013 le concours BFM académie,  ou en levant en 2015 5 millions de fonds auprès de XAnge.

 

Grâce à cette culture d’innovation et à une politique judicieuse, c’est finalement mission accomplie pour chauffeur privé ; dépassant le seuil de rentabilité après une année seulement, et atteignant une flotte de 11000 chauffeurs en 2016, l’entreprise devenue leader Français du service VTC affiche une croissance record depuis 4 ans et ce malgré une régulation de plus en plus rigide. Elle s’installe à Lyon et nourrit désormais des ambitions à l’étranger.

 

 

Facebook: https://www.facebook.com/ChauffeurPrive/

Twitter: https://twitter.com/chauffeurprive

Linkedin Yan Hascoet: https://www.linkedin.com/in/yanhascoet

Linkedin Othmane Boulhal: https://www.linkedin.com/in/othmanebouhlal

Linkedin Omar Benmoussa: https://www.linkedin.com/in/omarbenmoussa

Site entreprise: http://www.chauffeur-prive.com/

 

 

Ne ratez pas ces articles..