Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

L’entreprise Français fondée en 2012, fait partie des acteurs montants  du peer to peer carsharing, la location de voiture entre particuliers que nous avions déjà abordée avec Drivy. Mais alors, comment rivaliser avec ce leader du domaine et ses près de 900’000 utilisateurs inscrits en France ? Là ou de nombreuses start-up peinent à récupérer des parts de marché, Koolicar semble bien parti pour occuper une place importante et pourquoi pas à terme rattraper son rival.

 

Avance technologique et simplification; laissez votre véhicule se gérer tout seul et concentrez vous sur autre chose.

 

Tout d’abord les fondamentaux indispensables pour se lancer, créer le cadre légal et la confiance nécessaire à l’opération, y compris un contrat d’assurance adapté. Drivy et Ouicar ont chacun leur partenariat, mais Koolicar va plus loin ; la MAIF, qui assure l’assurance des véhicules, est également l’un des actionnaires principales et participe régulièrement aux levées de fonds de la jeune pousse.

Mais ce qui donne un réel avantage stratégique à Koolicar, c’est la mise au point de la Koolbox, un système qui automatise le processus et fait que virtuellement vous n’avez plus rien à faire d’autre que le plein de temps en temps. A l’instar de Mobility, système de car sharing en Suisse, une carte magnétique passée devant la Koolbox située derrière le pare brise permet l’ouverture du véhicule et le déverrouillage de la boîte à gant où se situent les clés, état des lieux et papiers du véhicules. Le démarrage du véhicule fait office d’acceptation du contrat de location.

Une avancée qui permet d’éviter la perte de temps et les longueurs administratives telles que se rendre à un point de rendez-vous, échanger les clés, signer et photocopier les documents.

 

Sécurité et confiance

 

Car, même si ils sont peut nombreux, les quelques cas de location non payée, voir de vol de voiture ont sérieusement entaché la réputation de Drivy ou Ouicar. Il suffit de parcourir le forum de 65 millions de consommateurs pour s’en rendre compte, une erreur dans la paperasse étant souvent fatale au propriétaire. D’autres petits tracas, tels que les utilisateurs annulant la réservation à la dernière minute, y sont également fréquents.

En screenant ses utilisateurs pour l’attribution des cartes, Koolicar assure leur identité et solvabilité. En outre, la puce GPS de la Koolbox, dont les données ne sont utilisées qu’à l’arrêt pour localiser le véhicule, permettrait au besoin de localiser un véhicule qui aurait « disparu ».

La confiance et la simplification administrative, maîtres mots pour réussir dans l’économie du partage.

Au point que Drivy, ayant racheté Livop, étudie maintenant comment intégrer le système d’ouverture par téléphone portable de son ex concurrent dans les véhicules de ses utilisateurs.

En attendant, Koolicar compte bien prendre une longueur d’avance. Grâce à une dernière levée de fond de 18 millions auprès de PSA et la MAIF, l’entreprise ambitionne d’équiper 12’000 véhicules l’année prochaine, et 30’000 à moyen terme. De quoi certainement faire exploser le nombre d’utilisateurs (60’000 utilisateurs aujourd’hui, pour un parc d’environ 1000 véhicules).

 

Une équipe expérimentée

 

D’un côté Stéphane Savouré, ingénieur électrique, de l’autre Alexandre Bol, avec une formation de commerce, tous deux ayant gravi les échelons d’Alstom, géant ferroviaire, durant plus de dix ans. Un cocktail de compétences technique et d’expérience en business management à qui ce départ sans faute de Koolicar doit certainement beaucoup.

 

 

Facebook: https://www.facebook.com/Koolicar

Twitter: https://twitter.com/Koolicar

Linkedin Stéphane Savoure: https://www.linkedin.com/in/stephanesavoure

Linkedin Alexandre Bol: https://www.linkedin.com/in/bolalexandre

Site Entreprise: https://www.koolicar.com/

Ne ratez pas ces articles..